C.Gomez: Conférence Neuchâtel

28 mai 2013

L’EURO A-T-IL TUÉ LA FRANCE?

LA FRANCE, VA-T-ELLE TUER L’EURO ?

 

LA MAISON DE L’EUROPE TRANSJURASSIENNE

NEUCHÂTEL

CONFÉRENCE DU 22 FÉVRIER 2013

 

LE TEXTE PRÉSENTÉ ICI A SERVI DE CANEVAS À LA CONFÉRENCE

IL CONTIENT DONC DE NOMBREUX DÉVELOPPEMENTS ET CHIFFRES

QUI N’ONT PAS ÉTÉ DONNÉS DANS L’EXPOSÉ ORAL

CHRISTIAN GOMEZ*

 L’euro a-t-il tué la France ?  La réponse est non car la France était déjà dans un processus d’affaiblissement qui remonte loin dans le temps, à sa gestion de la cassure de la croissance économique depuis 1974 plus précisément.  L’euro n’a fait que lui permettre de se détériorer plus encore en éteignat pour un temps tous les signaux d’alarme.

La France va-t-elle tuer l’euro ? La France est-elle « The Time Bomb at the Heart of Europe” comme le proclamait l’hebdomadaire “The Economist” (17 Novembre)? Il y a de fortes chances , en effet qu’elle le soit car elle rencontrera trop de difficultés politiques et sociologiques pour prendre à temps les mesures nécessaires.

Telle est la thèse qui est défendue dans cette conférence.

I-                 LA FRANCE, DES PROBLÈMES QUI REMONTENT LOIN DANS LE TEMPS , À LA RUPTURE DE LA CROISSANCE EN 1974.

11- Les éléments du drame français recomposés

·        La construction d’une « forteresse sociale » consolidée au fil des ans (poussée salariale continue, impact catastrophique du SMIC, cotisations sociales, faiblesse du temps de travail, code du travail)

·        Maintien et entretien d’un chômage de masse apparent et caché (traitement social, mise en place de parkings, inflation de « faux emplois » dans les administrations et les associations subventionnées par l’argent public) => chômage structurel de masse réfractaire à tout traitement de type « keynésien »

·        Une gestion laxiste des finances publiques et une grande insouciance par rapport à la montée de la dette publique

·        L’affaiblissement des entreprises et la destruction de l’industrie

   12-  Le drame français dans son interaction avec l’euro

·        Période de préparation 1992-1998 : un processus qui fut une chance et une contrainte

·        Premières années de l’euro : D’abord une drogue douce qui tourne vite au cauchemar

 

II-                LA FRANCE, UNE « TIME BOMB AT THE HEART OF EUROPE » ?

21- La situation de la France aujourd’hui: un constat très sombre

·        Des coûts salariaux unitaires en dérapage et en décalage complets

·        Une industrie étranglée aux performances médiocres et insuffisamment innovatrice

·        Des entreprises surchargées, prises entre le marteau de la concurrence internationale et l’enclume de coûts difficilement compressibles

·        Un état « diplodocus » au poids de plus en plus écrasant, de plus en plus paralysant et de plus en plus déstabilisant

·        Un déficit extérieur considérable avec des capacités de réactions amenuisées compte tenu de l’effondrement de son secteur manufacturier 

·        Des perspectives sociales désastreuses à court, moyen, long terme

     22- Le destin de l’euro est lié à la situation française,  pour le meilleur et ….probablement pour le pire

·        Les gouvernements successifs et, plus largement, le corps social français ont-ils pris la mesure de la situation ?

·        La France a besoin d’une « thérapie de choc » à tous les niveaux

·        Des doutes sur la France et c’est tout l’édifice qui s’écroule….

                                                           *******************

 

                                                                  Conclusion

Nous sommes aujourd’hui très mal partis et il est difficile de trouver des arguments contraires qui pourraient laisser entrevoir quelques raisons d’espérer une amélioration prochaine

Les atouts « naturels » de la France (positionnement géographique, qualification de la main-d’œuvre, infrastructures, coût de l’énergie) ont été gâchés par des politiques démagogiques et sans vision qui ont accumulé les désavantages comparatifs et englué la France dans une médiocrité générale dont elle aura le plus grand mal à se sortir.

Quant à sa démographie, si souvent vantée en désespoir de cause, c’est un argument de journaliste car toutes les projections montrent que la population en âge de travailler n’augmentera pas dans les prochaines années. Il faudrait augmenter significativement le taux d’emploi améliorer le potentiel de croissance et le mode de financement de la Sécurités sociale,  mais pour cela il faudrait mettre en œuvre les réformes drastiques qui ont été esquissées plus haut.

Certes, les marchés apparaissent aujourd’hui plutôt cléments à l’endroit de la France si l’on en croit l’évolution des taux d’intérêt. Mais, là encore, il convient d’être prudent vu l’impact des banques centrales à la fois directement ( les achats de la Banque Nationale Suisse ou de la Banque du Japon par exemple) et de la renationalisation des marchés de capitaux. Vu la situation française, nous ne pouvons qu’approuver P. Artus (Natixis) quand il prédit à son propos : « Les Marchés, un jour ou l’autre vont s’en apercevoir ».

Et alors, la fin de l’euro sera proche. Sera-ce une si mauvaise éventualité?  Un sujet trop vaste et trop complexe pour être abordé maintenant. Rappelons-nous simplement les circonstances de l’abandon du Gold-standard dans l’entre-deux guerres. Il a fallu plus de 10 ans à la plupart des pays pour prendre la décision de le quitter. Et les premiers qui l’ont fait ne se sont portés que mieux en reprenant la maîtrise de leur destin !

=============================

Article au complet: CONFNEUCHATELv2(1)

________________________________________________________________

A signaler:

PARUTION  D’UN ARTICLE DE CHRISTIAN GOMEZ DANS UN OUVRAGE RÉCENT

LE CAPITALISME FINANCIER OU COMMENT UN SYSTÈME INSTABLE DEVIENT EXPLOSIF

La crise financière et la création de liquidités

 

IN

HEURS ET MALHEURS DU CAPITALISME

Sous la direction d’Arnaud Diemer, Daniela Borodak et Sylvie Dozome

ÉDITIONS OECONOMIA, JANVIER 2013, 247 PAGES

 

La dernière crise dans laquelle nos économies sont engluées depuis 2007 n’est pas que la conséquence de quelques aberrations avérées, comme la titrisation des « subprimes », mais elle est aussi, et surtout, le dernier avatar des crises financières qui ont ponctué l’évolution des économies de marché depuis des décennies et qui renvoient toutes au fonctionnement fautif d’un système bancaire fondé sur le principe des réserves fractionnaires et sur les mécanismes du crédit qui en découlent.

Dans cet article, l’auteur montre que l’on retrouve dans cette crise les grands traits de la crise financière « classique » mais que les conséquences de ceux-ci ont été encore aggravées par l’émergence d’un système bancaire parallèle encore plus dangereux que «l’officiel », des «innovations» financières menées sans aucune réflexion sur leur impact sur les liquidités et une perte de contrôle de ces dernières dans le cadre d’une politique monétaire impuissante et d’un système financier international défaillant.

C’est ainsi que, face à la crise de l’intelligence qu’a connue la science économique au cours des trois dernières décennies, avec le règne sans partage d’idéologies pseudo-scientifiques, l’auteur en appelle à une nouvelle réflexion sur la notion même de liquidités et sur les moyens de leur contrôle et invite à renouer avec cette tradition qui de Ricardo à Allais, en passant par Mises, Hayek, Fisher, Friedman, Tobin et Minsky, n’a eu de cesse que de proposer une réforme en profondeur du système financier pour réguler l’évolution des économies de marché, magnifier l’esprit entrepreneurial du capitalisme et limiter drastiquement les délires spéculatifs, comme ceux que nous avons connus ces dernières années, qui cassent les ressorts mêmes de nos économies et corrompent nos démocraties.

 


Rueff, Allais, Artus

29 novembre 2012

Cet article étant, du fait des graphiques, très difficile à transformer dans un format lisible sur le blog, nous avons décidé de le laisser en téléchargement pdf  sur ce lien . (6,7 Mo, c’est assez long…)
Nous nous contentons donc ici d’en copier l’introduction.

_______________________________

Christian GOMEZ
Note de Travail
Version1/working paper
1
st Draft/24/11/2012

CHÔMAGE ET COÛTS SALARIAUX: LE RETOUR DE LA “LOI DE RUEFF”

Il y a en économie quelques « lois d’airain » que, bien entendu, les « progressistes » de toutes nuances refusent d’admettre et ne songent qu’à subvertir car elles se mettent sans cesse en travers de leurs utopies et sont des forces de rappel irrésistibles contre leurs divagations. Elles ne se manifestent souvent qu’à travers les conséquences catastrophiques que leur violation a entrainées. La faillite des expériences socialistes est là pour nous le rappeler. Et, parmi ces lois, il y en a une qui, depuis quelques années dans les pays occidentaux, beaucoup plus récemment en France, revient sur le devant de la scène de l’actualité : c’est la relation qui établit que les coûts salariaux, quand ils ne sont pas en ligne avec la productivité de l’économie ou trop rigides pour s’adapter aux conditions de l’offre et de la demande de travail, sont la cause principale du chômage et, en particulier, d’une de ses formes les plus pernicieuses et persistantes : le chômage chronique. Un chômage différent du chômage technologique/frictionnel qui est un coût d’adaptation au changement et que traduisent les flux « normaux » interentreprises et intersectoriels de salariés pour une durée de recherche « normale ». Un chômage différent aussi de celui résultant des fluctuations conjoncturelles de la dépense globale (chômage conjoncturel) ou de celui qu’une politique différente en matière de commerce international parviendrait à réguler, voire à combattre (chômage de type « mondialiste » comme l’appelait Maurice Allais). Dans cette brève note, en partant du travail fondateur de Rueff et des recherches de Maurice Allais, il est possible de montrer comment les préoccupations fondamentales qui guidaient ces deux grands économistes s’expriment aujourd’hui à travers les recherches d’un des très rares brillants économistes français cumulant la dextérité théorique  avec une connaissance approfondie des faits: Patrick Artus.


LES VOTES DU CONGRÈS AMÉRICAIN

12 octobre 2011

ÉDITOS-ACTUALITÉS : COMMERCE INTERNATIONAL

LES VOTES DU  CONGRÈS AMÉRICAIN SUR LES QUESTIONS COMMERCIALES:

BEAUCOUP DE POLITIQUE INTERNE, MAIS PAS DE STRATÉGIE RÉELLE

Les votes récents du Congrès sur des traités commerciaux entre les Etats-Unis et trois pays : Panama, Colombie et Corée (seul le troisième pays est bien sûr significatif) et le vote du Sénat sur une « bill » visant les pays qui sous-évaluent leur monnaie, c’est-à-dire, dans l’esprit des  sénateurs, essentiellement la Chine, m’ont inspiré quelques réflexions. La première chronique sera consacrée au Traité Corée-Etats-Unis.

LE TRAITÉ COMMERCIAL ETATS-UNIS-CORÉE

Il se trouve que , dans les derniers jours, je lisais le livre de Clyde Prestowitz, « The Betrayal of American Prosperity (Free Press, 2010), spécialiste des questions de commerce international[1], qui consacre près d’une page aux négociations préparatoires à ce traité qui se sont étalées sur plus de 5 ans. Il y montre comment les deux parties s’y prennent en général pour mener ces pourparlers et pourquoi l’une des parties est nécessairement perdante.

Du côté Coréen, le Gouvernement a une vision de l’avenir du pays et une claire idée des intérêts nationaux à défendre, ce qui lui permet de discuter avec les différentes parties concernées (d’abord, les grands « Chaebols ») pour obtenir des résultats stratégiques clairs et précis concernant les secteurs où ils veulent pouvoir faire des progrès sur le marché américain pour poursuivre leur expansion sur les marchés et asseoir si possible leur domination : rechercher des baisses de droits de douane en priorité sur certains produits en faisant éventuellement des concessions sur d’autres, moins stratégiques,  protection des entreprises coréennes contre des poursuites éventuelles concernant la propriété intellectuelle et les brevets  (je cite Prestowitz)…..

Du côté américain, il s’agit d’abord d’une démarche idéologique vague et imprécise visant à faire progresser le « free market », c’est à dire le libre-échange. Bien sûr, les négociateurs disposent d’une « wish List »  adressée par les industriels et les membres du Congrès  sur la base de laquelle ils vont essayer de défendre les intérêts américains. Mais, leur souci primordial est de ne pas mécontenter les parties les plus influentes politiquement et celles qui exercent le plus de pression avec tous les moyens à leur disposition (celles qui crient le plus fort en fait).  Et l’auteur de citer, comme exemple, le cas des exportations de bœuf considérées comme une priorité nationale par la partie américaine car l’homme qui défend les intérêts des éleveurs est (je cite) le Sénateur Max Baucus, représentant de l’Etat du Montana (état grand producteur de viande comme l’on peut s’en douter), mais surtout, Chairman de la Commission des Finances du Sénat….

La conséquence de la signature de ce traité est simple à prévoir : Le déficit Etats-Unis-Corée va continuer à se creuser en défaveur des Etats-Unis, avec des automobiles coréennes de plus en plus compétitives qui vont tailler des croupières à des producteurs américains sauvés de la faillite à grands frais par les contribuables américains et une industrie des semi-conducteurs qui va accroitre sa domination sur un secteur aussi stratégique pour les industries de la Défense. Du côté américain, peut-être quelques morceaux de viande en plus dans les « Korean Barbecues »…..

En fait, c’est toujours la même histoire qui recommence : la défense aveugle d’une simple idéologie[2], le « laisser-fairisme » échangiste comme disait Maurice Allais, face à des pays qui défendent leurs intérêts nationaux au nom d’une certaine vision de leur développement, conduit les économies occidentales au déclin et des catégories de la population de plus en plus nombreuses au désespoir. Mais, nous reviendrons sur toutes ces questions……

Christian Gomez


[1] Clyde Prestowitz est le fondateur et le Président du « Economic Strategic Institute » situé à Washington. Il fut négociateur principal pour les questions commerciales avec l’Asie sous l’administration Reagan et Vice-Chairman de la Commission pour le Commerce et le Développement pour la zone Asie-Pacifique sous la Présidence Clinton. Il est aujourd’hui membre du World Economic Forum et Consultant International.

[2]  Je ne peux que renvoyer aux exposés de Maurice Allais sur la question. Pour une synthèse générale, voir mon article pour le journal suisse Le Temps qui est sur ce site sous le titre : « Faut-il interdire les délocalisations ? Réponse au Professeur Imbs »


Ch. Gomez: « faut-il interdire les délocalisations ? »

20 octobre 2010

UNE THÉORIE CORRECTE, UNE APPLICATION ERRONÉE

Réponse à l’article de Jean Imbs : « faut-il interdire les délocalisations ? »

Le Professeur Imbs (Le Temps du 14 février) nous a délivré un trés intéressant plaidoyer en faveur de ce qu’on appelle aujourd’hui le Mondialisme, justifiant théoriquement les développements économiques actuels et nous promettant des lendemains radieux « dans le long terme », c’est à dire, dans le langage des économistes, dans un avenir difficile a préciser, compris entre 2 jours et plusieurs décennies……Pour ce faire, la théorie ricardienne des coûts comparatifs est largement mise à contribution, sous l’autorité du grand Samuelson, ce qui peut donner aux lecteurs non avertis  l’impression que le débat est tranché sur le plan scientifique et qu’ils n’ont qu’à s’incliner devant les arguments de la Science et de l’idéologie dominante réunies. Aussi mon propos est-il  de tempérer le propos en arguant que si la théorie mentionnée est correcte en soi, elle l’est dans les limites de ses hypothèses. Or, aucune de celles-ci n’est réalisée dans le monde actuel. Dès lors, son application erronéee peut avoir des conséquences dramatiques dans un contexte marqué par l’émergence de pays gigantesques ( le tiers de l’Humanite), disposant « d’armées industrielles de réserve » immenses et ayant des capacités technologiques incontestées (Chine, Inde…). Personnellement, j’utiliserai aussi un des plus grands économistes de ce temps (Maurice Allais, Prix Nobel 1988), pourtant réputé comme un grand esprit libéral, qui a fait de ce combat contre le « laisser-fairisme » un des derniers grands combats de sa vie. Le problème ici n’est pas de prendre partie, mais d’évaluer les problèmes et les risques des évolutions actuelles.

Théorie correcte, la démonstration de la théorie des coûts comparatifs supposent des conditions d’application très restrictives qui n’ont rien à voir avec les conditions d’aujourd’hui.

Lire la suite »


Par Laurent Pinsolle

17 juillet 2010

Résumé et analyse de  » Maurice Allais, « La mondialisation, la destruction des emplois et de la croissance » » du 25/01/2009 du blog de Laurent Pinsolle (http://gaulliste-villepiniste.hautetfort.com/)

1 – Maurice Allais, le libéral qui a pensé le protectionnisme européen

Cela faisait depuis longtemps que je souhaitais lire un livre de notre prix Nobel* d’économie. Mais il m’a été difficile de trouver un de ses livres, y compris sur Internet. Voici donc le résumé d’un de ses ouvrages de référence, dont la matière intellectuelle compense une forme pas toujours attrayante.

Lire la suite »