Même le Financial Time

9 mai 2014

Strip private banks of their power to create money

The giant hole at the heart of our market economies needs to be plugged

Printing counterfeit banknotes is illegal, but creating private money is not. The interdependence between the state and the businesses that can do this is the source of much of the instability of our economies. It could – and should – be terminated.

I explained how this works two weeks ago. Banks create deposits as a byproduct of their lending. In the UK, such deposits make up about 97 per cent of the money supply. Some people object that deposits are not money but only transferable private debts. Yet the public views the banks’ imitation money as electronic cash: a safe source of purchasing power.

Banking is therefore not a normal market activity, because it provides two linked public goods: money and the payments network. On one side of banks’ balance sheets lie risky assets; on the other lie liabilities the public thinks safe. This is why central banks act as lenders of last resort and governments provide deposit insurance and equity injections. It is also why banking is heavily regulated. Yet credit cycles are still hugely destabilising.

What is to be done? A minimum response would leave this industry largely as it is but both tighten regulation and insist that a bigger proportion of the balance sheet be financed with equity or credibly loss-absorbing debt. I discussed this approach last week. Higher capital is the recommendation made by Anat Admati of Stanford and Martin Hellwig of the Max Planck Institute in The Bankers’ New Clothes.

A maximum response would be to give the state a monopoly on money creation. One of the most important such proposals was in the Chicago Plan, advanced in the 1930s by, among others, a great economist, Irving Fisher. Its core was the requirement for 100 per cent reserves against deposits. Fisher argued that this would greatly reduce business cycles, end bank runs and drastically reduce public debt. A 2012 study by International Monetary Fund staff suggests this plan could work well.

Similar ideas have come from Laurence Kotlikoff of Boston University in Jimmy Stewart is Dead, and Andrew Jackson and Ben Dyson in Modernising Money. Here is the outline of the latter system.

First, the state, not banks, would create all transactions money, just as it creates cash today. Customers would own the money in transaction accounts, and would pay the banks a fee for managing them.

Second, banks could offer investment accounts, which would provide loans. But they could only loan money actually invested by customers. They would be stopped from creating such accounts out of thin air and so would become the intermediaries that many wrongly believe they now are. Holdings in such accounts could not be reassigned as a means of payment. Holders of investment accounts would be vulnerable to losses. Regulators might impose equity requirements and other prudential rules against such accounts.

Third, the central bank would create new money as needed to promote non-inflationary growth. Decisions on money creation would, as now, be taken by a committee independent of government.

Finally, the new money would be injected into the economy in four possible ways: to finance government spending, in place of taxes or borrowing; to make direct payments to citizens; to redeem outstanding debts, public or private; or to make new loans through banks or other intermediaries. All such mechanisms could (and should) be made as transparent as one might wish.

The transition to a system in which money creation is separated from financial intermediation would be feasible, albeit complex. But it would bring huge advantages. It would be possible to increase the money supply without encouraging people to borrow to the hilt. It would end “too big to fail” in banking. It would also transfer seignorage – the benefits from creating money – to the public. In 2013, for example, sterling M1 (transactions money) was 80 per cent of gross domestic product. If the central bank decided this could grow at 5 per cent a year, the government could run a fiscal deficit of 4 per cent of GDP without borrowing or taxing. The right might decide to cut taxes, the left to raise spending. The choice would be political, as it should be.

Opponents will argue that the economy would die for lack of credit. I was once sympathetic to that argument. But only about 10 per cent of UK bank lending has financed business investment in sectors other than commercial property. We could find other ways of funding this.

Our financial system is so unstable because the state first allowed it to create almost all the money in the economy and was then forced to insure it when performing that function. This is a giant hole at the heart of our market economies. It could be closed by separating the provision of money, rightly a function of the state, from the provision of finance, a function of the private sector.

This will not happen now. But remember the possibility. When the next crisis comes – and it surely will – we need to be ready.

martin.wolf@ft.com

Publicités

C.Gomez: Conférence Neuchâtel

28 mai 2013

L’EURO A-T-IL TUÉ LA FRANCE?

LA FRANCE, VA-T-ELLE TUER L’EURO ?

 

LA MAISON DE L’EUROPE TRANSJURASSIENNE

NEUCHÂTEL

CONFÉRENCE DU 22 FÉVRIER 2013

 

LE TEXTE PRÉSENTÉ ICI A SERVI DE CANEVAS À LA CONFÉRENCE

IL CONTIENT DONC DE NOMBREUX DÉVELOPPEMENTS ET CHIFFRES

QUI N’ONT PAS ÉTÉ DONNÉS DANS L’EXPOSÉ ORAL

CHRISTIAN GOMEZ*

 L’euro a-t-il tué la France ?  La réponse est non car la France était déjà dans un processus d’affaiblissement qui remonte loin dans le temps, à sa gestion de la cassure de la croissance économique depuis 1974 plus précisément.  L’euro n’a fait que lui permettre de se détériorer plus encore en éteignat pour un temps tous les signaux d’alarme.

La France va-t-elle tuer l’euro ? La France est-elle « The Time Bomb at the Heart of Europe” comme le proclamait l’hebdomadaire “The Economist” (17 Novembre)? Il y a de fortes chances , en effet qu’elle le soit car elle rencontrera trop de difficultés politiques et sociologiques pour prendre à temps les mesures nécessaires.

Telle est la thèse qui est défendue dans cette conférence.

I-                 LA FRANCE, DES PROBLÈMES QUI REMONTENT LOIN DANS LE TEMPS , À LA RUPTURE DE LA CROISSANCE EN 1974.

11- Les éléments du drame français recomposés

·        La construction d’une « forteresse sociale » consolidée au fil des ans (poussée salariale continue, impact catastrophique du SMIC, cotisations sociales, faiblesse du temps de travail, code du travail)

·        Maintien et entretien d’un chômage de masse apparent et caché (traitement social, mise en place de parkings, inflation de « faux emplois » dans les administrations et les associations subventionnées par l’argent public) => chômage structurel de masse réfractaire à tout traitement de type « keynésien »

·        Une gestion laxiste des finances publiques et une grande insouciance par rapport à la montée de la dette publique

·        L’affaiblissement des entreprises et la destruction de l’industrie

   12-  Le drame français dans son interaction avec l’euro

·        Période de préparation 1992-1998 : un processus qui fut une chance et une contrainte

·        Premières années de l’euro : D’abord une drogue douce qui tourne vite au cauchemar

 

II-                LA FRANCE, UNE « TIME BOMB AT THE HEART OF EUROPE » ?

21- La situation de la France aujourd’hui: un constat très sombre

·        Des coûts salariaux unitaires en dérapage et en décalage complets

·        Une industrie étranglée aux performances médiocres et insuffisamment innovatrice

·        Des entreprises surchargées, prises entre le marteau de la concurrence internationale et l’enclume de coûts difficilement compressibles

·        Un état « diplodocus » au poids de plus en plus écrasant, de plus en plus paralysant et de plus en plus déstabilisant

·        Un déficit extérieur considérable avec des capacités de réactions amenuisées compte tenu de l’effondrement de son secteur manufacturier 

·        Des perspectives sociales désastreuses à court, moyen, long terme

     22- Le destin de l’euro est lié à la situation française,  pour le meilleur et ….probablement pour le pire

·        Les gouvernements successifs et, plus largement, le corps social français ont-ils pris la mesure de la situation ?

·        La France a besoin d’une « thérapie de choc » à tous les niveaux

·        Des doutes sur la France et c’est tout l’édifice qui s’écroule….

                                                           *******************

 

                                                                  Conclusion

Nous sommes aujourd’hui très mal partis et il est difficile de trouver des arguments contraires qui pourraient laisser entrevoir quelques raisons d’espérer une amélioration prochaine

Les atouts « naturels » de la France (positionnement géographique, qualification de la main-d’œuvre, infrastructures, coût de l’énergie) ont été gâchés par des politiques démagogiques et sans vision qui ont accumulé les désavantages comparatifs et englué la France dans une médiocrité générale dont elle aura le plus grand mal à se sortir.

Quant à sa démographie, si souvent vantée en désespoir de cause, c’est un argument de journaliste car toutes les projections montrent que la population en âge de travailler n’augmentera pas dans les prochaines années. Il faudrait augmenter significativement le taux d’emploi améliorer le potentiel de croissance et le mode de financement de la Sécurités sociale,  mais pour cela il faudrait mettre en œuvre les réformes drastiques qui ont été esquissées plus haut.

Certes, les marchés apparaissent aujourd’hui plutôt cléments à l’endroit de la France si l’on en croit l’évolution des taux d’intérêt. Mais, là encore, il convient d’être prudent vu l’impact des banques centrales à la fois directement ( les achats de la Banque Nationale Suisse ou de la Banque du Japon par exemple) et de la renationalisation des marchés de capitaux. Vu la situation française, nous ne pouvons qu’approuver P. Artus (Natixis) quand il prédit à son propos : « Les Marchés, un jour ou l’autre vont s’en apercevoir ».

Et alors, la fin de l’euro sera proche. Sera-ce une si mauvaise éventualité?  Un sujet trop vaste et trop complexe pour être abordé maintenant. Rappelons-nous simplement les circonstances de l’abandon du Gold-standard dans l’entre-deux guerres. Il a fallu plus de 10 ans à la plupart des pays pour prendre la décision de le quitter. Et les premiers qui l’ont fait ne se sont portés que mieux en reprenant la maîtrise de leur destin !

=============================

Article au complet: CONFNEUCHATELv2(1)

________________________________________________________________

A signaler:

PARUTION  D’UN ARTICLE DE CHRISTIAN GOMEZ DANS UN OUVRAGE RÉCENT

LE CAPITALISME FINANCIER OU COMMENT UN SYSTÈME INSTABLE DEVIENT EXPLOSIF

La crise financière et la création de liquidités

 

IN

HEURS ET MALHEURS DU CAPITALISME

Sous la direction d’Arnaud Diemer, Daniela Borodak et Sylvie Dozome

ÉDITIONS OECONOMIA, JANVIER 2013, 247 PAGES

 

La dernière crise dans laquelle nos économies sont engluées depuis 2007 n’est pas que la conséquence de quelques aberrations avérées, comme la titrisation des « subprimes », mais elle est aussi, et surtout, le dernier avatar des crises financières qui ont ponctué l’évolution des économies de marché depuis des décennies et qui renvoient toutes au fonctionnement fautif d’un système bancaire fondé sur le principe des réserves fractionnaires et sur les mécanismes du crédit qui en découlent.

Dans cet article, l’auteur montre que l’on retrouve dans cette crise les grands traits de la crise financière « classique » mais que les conséquences de ceux-ci ont été encore aggravées par l’émergence d’un système bancaire parallèle encore plus dangereux que «l’officiel », des «innovations» financières menées sans aucune réflexion sur leur impact sur les liquidités et une perte de contrôle de ces dernières dans le cadre d’une politique monétaire impuissante et d’un système financier international défaillant.

C’est ainsi que, face à la crise de l’intelligence qu’a connue la science économique au cours des trois dernières décennies, avec le règne sans partage d’idéologies pseudo-scientifiques, l’auteur en appelle à une nouvelle réflexion sur la notion même de liquidités et sur les moyens de leur contrôle et invite à renouer avec cette tradition qui de Ricardo à Allais, en passant par Mises, Hayek, Fisher, Friedman, Tobin et Minsky, n’a eu de cesse que de proposer une réforme en profondeur du système financier pour réguler l’évolution des économies de marché, magnifier l’esprit entrepreneurial du capitalisme et limiter drastiquement les délires spéculatifs, comme ceux que nous avons connus ces dernières années, qui cassent les ressorts mêmes de nos économies et corrompent nos démocraties.

 


Ch. Gomez: Pensée monétaire d’Allais et nationalisation de la monnaie

6 novembre 2012

LA PENSÉE MONÉTAIRE DE MAURICE ALLAIS ET LA NATIONALISATION DE LA MONNAIE

Pour comprendre les raisons qui ont poussé Maurice Allais à proposer des réformes fondamentales du fonctionnement de notre système économique et financier, il faut aller au cœur de sa pensée et détailler point par point son développement logique en partant des analyses des faits effectuées par l’auteur et les modèles empiriquement vérifiés qu’il a élaborés et qui lui ont permis d’en tirer toutes les conséquences tant du point de vue de la maitrise des fluctuations conjoncturelles que des conditions d’une politique monétaire optimale pour maximiser la croissance économique.

Vous trouverez ci-joint deux documents :

1)      Le premier est l’étude que j’ai réalisée pour une Conférence tenue en juillet 2012 (Joint Conference AHE, IIPPE, FAPE,  July 5 – 7, 2012, Paris, France) et dans laquelle une session était consacrée à une discussion des réformes proposées par Allais, non seulement la Réforme Monétaire défendue par moi-même, mais aussi la Réforme fiscale présentée par Arnaud Diemer et Jérôme Lallement.

Ce document est téléchargeable sur ce lien 1

2)      Le second, pour les lecteurs pressés  et comme introduction pour les autres, est l’exposé powerpoint que j’ai présenté et qui doit donner une bonne vue des thèmes évoqués.

Ce power point est téléchargeable sur ce lien 2

 Ce deuxième document devrait être plus explicite que le résumé succinct que vous trouverez ci-après.

 Bien entendu,  je vous en souhaite bonne lecture si vous êtes  intéressés et je reste à votre disposition pour en discuter avec vous.

                                                 Christian GOMEZ, 28/10/2012

  PRÉSENTATION GÉNÉRALE

En visant à interdire la création de monnaie par le mécanisme du crédit bancaire et à remettre ce pouvoir et ses bénéfices à la collectivité, la réforme monétaire proposée par Maurice Allais s’inscrit dans une longue tradition qui remonte en fait à Ricardo et aux tenants de la « Currency school ». Certes, à l’instar des économistes de Chicago (comme Henry Simons), de Fisher ou de Friedman, parmi beaucoup d’autres qui pourraient être cités, il ne s’agit pas de rétablir une couverture or des instruments de nature monétaire, contrairement aux « néo-autrichiens » dans la ligne de Mises ou Rothbard. Il s’agit pour Allais, à travers une couverture intégrale des dépôts par de la monnaie de base, de reprendre le contrôle de la monnaie pour trois raisons essentielles :

(1)     Faire en sorte que les mouvements, euphoriques ou dépressifs, de la psychologie collective n’entrainent, par leur impact sur les comportements de demande de monnaie (thésaurisation) ou de crédit, des fluctuations erratiques de l’activité économique, pouvant parfois déboucher sur des crises systémiques, avec leur cortège de désastres matériels et humains ;

(2)     Chercher les moyens de conduire une politique monétaire optimale pour maximiser le revenu réel par tête ou faciliter le fonctionnement du système économique ;

(3)     Mettre fin aux distorsions de revenu provoquées par la création monétaire privée et en redonner tous les bénéfices à la collectivité afin que celle-ci puisse les utiliser, par exemple, à des réductions d’impôts capables de maximiser le dynamisme entrepreneurial.

Au-delà de quelques divergences sur les modalités de mises en œuvre de la réforme, qui conduisent Allais à insister sur la nécessité de bien distinguer les banques de dépôt, (Compagnies de services monétaires) des banques de prêt dans la mise en œuvre de la réforme,  ce qui différencie ce dernier de tous les autres économistes épousant la même ligne de pensée,  c’est le fait que toutes ses propositions sont justifiées par les résultats empiriques, souvent impressionnants, de toutes les recherches qu’il a menées sur 40 ans dans le domaine monétaire : demande et offre de monnaie, interaction des deux comportements dans la génération des mouvements économiques normaux (fluctuations conjoncturelles) et aberrants (dépressions ou hyperinflations), facteurs explicatifs de l’évolution des taux d’intérêt et analyse de son l’impact  sur la structure capitalistique des économies… Dans tous les cas, une ligne directrice  domine sa pensée : la psychologie des agents est essentiellement fonction des expériences passées avec, peut-être, des influences de nature exogène, et  ses variations, aussi faibles soient-elles, sont profondément déstabilisatrices et ce d’autant plus que les banques sont libres de répondre de manière « élastique » aux « humeurs » des agents économiques. D’où la nécessité de mettre tout en œuvre pour que l’environnement institutionnel tende à amortir l’influence des « esprits animaux » plutôt qu’à l’amplifier,  ce que traduisent ses propositions de réforme du système bancaire et des marchés financiers, comme  son insistance à créer une monnaie de compte stable à travers l’indexation.

C’est par tous ces aspects que l’on peut dire que, si Allais est bien inscrit dans une tradition, il la renouvelle par ses apports et dans une certaine mesure il la refonde en lui redonnant sa modernité.


TOUCHÉ… TOUCHÉ… TOUCHÉ ENCORE… COULÉ?

5 octobre 2011

LA CRISE DE L’EURO

 

TOUCHÉ….  TOUCHÉ…TOUCHÉ ENCORE..… COULÉ?

Comment l’interaction Eurozone/banques-marchés ressemble à une « bataille navale» dont le perdant est connu à l’avance

 

En visionnant une video (3/10/2011)[1] du très remarquable chroniqueur du Financial Times, James MacKintosh, je ne pus m’empêcher, à la lecture d’un graphique montrant l’évolution des CDS (Credit Default Swaps[2]) sur les dettes publiques des pays européens, de penser à ce jeu de société que vous connaissez tous : « la Bataille navale ». Le graphique portait sur l’appréciation des dettes publiques. Mais la même image peut bien sûr s’adapter aux banques et, au-delà à l’euro-zone et à l’économie mondiale. Car, c’est bien de cela qu’il s’agit : de proche en proche, tous les vaisseaux, grands et petits,  de l’économie mondiale sont mis hors de combat.

Les dettes publiques : la dérive vers  la dislocation s’accentue

En ce qui concerne les dettes publiques,  il y avait les petites « vedettes » déjà coulées (Grèce) ou en passe de l’être (Portugal), avec des niveaux de prix des CDS de 600bp et au delà. Il y avait les croiseurs Espagne et Italie très touchés avec des CDS déjà autour de 500bp, alors qu’ils étaient à moins de 200 pour l’Italie en Juin (!). Mais, ce qui était le plus frappant, c’était l’évolution des CDS France et Allemagne, deux pays qui, vous me le concèderez, peuvent être assimilés, dans l’ordre, à un cuirassé et à un vaisseau amiral. La France était à moins de 100 jusqu’en juin mais, depuis, le CDS a commencé à décoller pour doubler en fin septembre, soit le niveau de l’Italie en Juin. Et, enfin, le choc : l’Allemagne elle-même était touchée. Il fallait payer moins de 50 bp pour s’assurer contre sa défaillance de janvier à juin. En début octobre, il fallait 100bp. Certes au niveau des taux d’intérêt payés, ces évolutions ne se traduisent encore par des effets de hausse puissants que sur les pays de la périphérie et l’Allemagne bénéficie pleinement de son statut de « safe haven », le seul pays à inspirer malgré tout confiance. Mais, la France, dont les taux calquaient ceux de l’Allemagne jusqu’à une date récente, a commencé à s’en détacher et les « spreads » (OATs-Bunds) à s’élargir. Qu’est-ce que cela veut dire ?

La réponse est simple : la crise de l’euro-zone ne fait que s’approfondir et, de plans de secours en plans d’urgence, avec des engagements toujours croissants des pays les plus solvables, en particulier de l’Allemagne et les autres pays de l’Europe du Nord, tout le monde est emporté par ce courant qui conduit  la zone euro vers sa  rupture, privée qu’elle est de toutes capacités de redressement, qu’elles soient fiscales (fuite dans le fédéralisme) ou monétaires (accentuation démesurée du financement monétaire par la BCE). On comprend l’Allemagne qui a dû déjà accepter de s’engager autour de 200 milliards dans l’élargissement de l’EFSF (European Financial Stability Facility) et qui résiste à toutes les tentatives pour, par des subterfuges tous plus dangereux les uns que les autres, donner à ce fonds plus de moyens afin de faire face aux crises des dettes des « grands » pays  (Italie, Espagne…. France ?). La situation est d’autant plus dramatique que les Banques sont en première ligne dans cet écroulement.

Les banques dans le tourbillon avant la chute

En effet, vis-à-vis des Banques, le marché joue déjà la défaillance des grands pays, comme l’Espagne et l’Italie. C’est ce qui explique l’effondrement des valeurs bancaires et la montée en flèche des CDS à des niveaux très supérieurs à ceux atteints au « pic » de la crise de 2008-début 2009. Une restructuration de la dette grecque, dont le premier stade est déjà connu, pourrait être absorbée sans trop de difficultés. Mais, des restructurations en chaine de l’Espagne et de l’Italie, avec la France en pointe de mire, ne pourraient être « encaissées » sans un KO technique au niveau des fonds propres. Là aussi, l’image du jeu de la « bataille navale » colle très bien. Dexia est le premier bateau, d’une taille déjà respectable à sombrer, privé de tous les moyens de sauvetage. Les banques Françaises sont sauvagement attaquées, perdant plus de 50% de leur valeur par rapport au début d’année et valorisées maintenant très en deçà de leur valeur comptable (book value). Elles tendent même à devenir des pestiférés comme le montre le fort recul de Morgan Stanley en bourse en début de cette semaine, suite aux inquiétudes liées à son exposition sur les banques françaises. Elles ne se comparent pas très bien à leurs pairs en matière de fonds propres et elles sont très exposées aux pays potentiellement défaillants. Il est symptomatique  que la Commission Européenne qui se scandalisaient, il y a seulement quelques « petites » semaines, à la seule évocation d’une recapitalisation des banques européennes, commence aujourd’hui à infléchir sa position et à dire que finalement….. Mais, en fait, à y regarder de près, c’est tout le système bancaire mondial qui est touché (voir les CDS de Bank of America ou Barclays) et au-delà, c’est toute l’économie mondiale qui est au bord de la conflagration.

L’économie européenne et mondiale en panne sèche en pleine tempête ?

Dans la situation actuelle, les banques font face à une situation exceptionnellement dangereuse et font courir des risques à l’économie mondiale des risques exceptionnellement élevés. En effet, les banques ont des problèmes de plus en plus aigus de refinancement. Au niveau des fonds propres, il est aujourd’hui pratiquement impossible de lever des capitaux, en dehors même des problèmes liés à la dilution des anciens actionnaires vu le niveau actuel des cours. Trouver de nouveaux actionnaires serait très difficile et émettre de la dette subordonnée ne pourrait se faire qu’à des conditions extrêmement onéreuses (et ce n’est même pas sûr de trouver des investisseurs), surtout avec les conditions requises par « Bâle 3 »[3] pour qu’elle puisse être comptabilisée même en « Tier 2 »[4]. Face à une aversion au risque d’un niveau quasiment jamais vu chez les investisseurs institutionnels,  la source de la dette « senior » classique s’est quasiment tarie. Même, la dette « couverte » (« Covered bonds »), largement utilisée dans les dernières années, est vue maintenant avec suspicion et des agences de notation ont commencé à lancer des signaux d’alerte en en soulignant les risques pour les investisseurs. Et, cerise (ou bombe ?) sur ce gâteau immangeable : les banques ne se font plus confiance entre elles et préfèrent placer leurs fonds auprès des Banques Centrales (la BCE mais le Fed est dans la même situation), ce qui conduit chacune d’entre elles à aller se refinancer auprès de l’Institut d’émission en apportant du « collatéral ».  La conséquence de tout ce désordre : la seule variable d’ajustement est la taille du bilan et le crédit. Tous les canaux d’irrigation de l’économie sont asséchés les uns après les autres, les particuliers, les PME et, même les grandes entreprises qui, elles, ont encore, pour les meilleures d’entre elles, la possibilité d’émettre sur le marché à court-moyen-long terme. Un désastre….

                                                                         *

La conséquence de toute cette chienlit économique et financière, c’est que nos économies partent en vrille (image aéronautique après l’image maritime…), dans une spirale incontrôlée. L’écroulement des banques en 2007-2008 a fait exploser des dettes publiques déjà mal en point. Maintenant, les risques sur les dettes publiques poussent les banques au bord du gouffre. Pour retarder l’échéance,  les banques n’ont qu’une issue : couper dans le bilan. Mais, ce faisant, elles asphyxient tous les agents économiques et les problèmes rencontrés par ces derniers, c’est moins d’impôts, plus de déficits publics, des banques de plus en plus fragiles et ainsi de suite….. Et si les économies européenne, atlantique, mondiale devenaient une gigantesque Grèce ? Croyez-vous vraiment qu’il suffira d’imprimer de la monnaie, encore de la monnaie, toujours plus de monnaie …. pour nous en sortir ?

Ch. Gomez

 


[1] Elle avait un titre évocateur. « Time to flee Euro-zone? »

[2] Un « Credit Default Swap » est un contrat entre deux parties où l’une accepte d’assurer l’autre contre un risque de défaillance moyennant une prime annuelle exprimée en basis point (centième de %) égale à 1000€ par €10 millions

[3] Nouveau cadre règlementaire pour régir le fonctionnement des banques (capital, liquidité….)

[4] Eléments du passif bancaire considérés comme du quasi-capital en function de son caractère “junior” (subordonné) par rapport à la dette classique.

_______________________________

 

Mots clefs :    CDS, Credit Default Swaps, dette publique, euro, euro-zone, crise, défaillance bancaire, bilans bancaires, économie européenne, économie mondiale, bâle 3, crédit bancaire,  fonds propres des banques, BCE (Banque centrale Européenne), Fed (Federal Reserve Board)          

 

 

 


Ni de droite, ni de gauche !

1 octobre 2011

Une page extraite du site anglais « positive money »
http://www.positivemoney.org.uk/2011/07/our-proposals-left-wing-or-right-wing/

___________________________

Proposals: Left-wing or Right-wing?

By

The kind of proposals that we’re advocating are neither left wing nor right wing. They get support from both sides of the political spectrum, sometimes for different reasons, and sometimes for the same reasons.

The proposal denies the commercial banks their power to create money. It is pure common-sense, and it should be welcomed by all. If you are a socialist on the left you should welcome the fairness and possibility of better public services, and if you are a capitalist business owner on the right you should welcome the easier access to cheap, affordable credit! If you believe in free markets then you should welcome the removal of subsidies for the huge corporations that we know as banks, and the removal of the distorting influence that this has. And everyone should welcome the ending of a situation where the interests of banks overrule the interests of democracy.

Those on the “right” and “left” alike ought to be equally as disgusted by the shocking waste of public money involved in borrowing our nation’s money supply from banks when it could be created debt-free. All we hear about these days is ‘cutting out the waste in public spending’. This proposal addresses the biggest, most fundamental source of wasted public money – including the £100bn in hidden subsidies given to the banking sector each year.

We are not against free market, not against lending or interest. We are against mixing the two activities of providing society with a medium of exchange, and intermediating money between savers and borrowers. We believe, that only if we give the free market a nationalised money supply, can it really work for the public benefit.

The proposed reform would bring the important advantage of separating control of how much money is in circulation from decisions on how the money is used. The way commercial banks now create money involves their controlling its use. In deciding whether to grant a loan they decide whether to invest in businesses, property bubbles or other forms of speculation. But, in a market economy which aspires to be free, open and efficient, decisions affecting the monetary order itself – including the amount of money in circulation – should not be part of the money-making process.

Our reform will not restrict the freedom of the banks to give and take loans against interest. Far from being a step on the road to any kind of inefficient, centrally planned economy, it will contribute to freer, more open and more efficient functioning of the market economy – for banks as for everyone else.

If after this reform a bank should fail, only the bank’s own money will be at stake. Customers’ money on current accounts will no longer be part of its balance sheet.

A debt-free money base, a less indebted government, a better balanced government budget, a lowered tax burden, a better moneyed civil society – all these will contribute to a higher level of net income and a larger capital base for both businesses and private households.

This will help to make them less dependent on subsidies and allowances and external capital, and better able to provide for themselves and one another.

——————-

What we do want to achieve is to abolish fractional reserve banking – and this is something that many economists from the both sides of political spectrum in the past and today strongly criticized and strived to achieve.

In this post we would like to introduce the most well known, important and famous economists calling for the end of fractional reserve banking.

——————

Let’s start from the right – the Austrian school of economics, which is associated with libertarian political perspectives. They argue for an extremely limited role for government and the smallest possible amount of government intervention in the economy.

Ludwig von Mises was the first twentieth-century economist to propose the establishment of a banking system with a 100-percent reserve requirement on demand deposits.

Nobel Laureate Friedrich.A. Hayek also speaks of establishing a banking system based on a 100-percent reserve requirement.

Professor Murray N. Rothbard (in 1962) develops his proposal for a pure gold standard based on a free-banking system with a 100-percent reserve requirement. Rothbard compares the banker who operates with a fractional reserve with the criminal who commits the crime of misappropriation.

In Europe, the Frenchman Maurice Allais, who received the Nobel Prize for Economics in 1988, has championed the proposal of a banking system subject to a 100-percent reserve requirement.

—————

On the other side of political spectrum there is the old tradition established by some members of the Chicago School. While with different theoretical roots and with totally different objectives, they came to the same conclusion – the call for abolishment of fractional reserve banking.

(The Austrian theorists see the 100-percent reserve requirement as an imperative which is vital for the correct functioning of a market economy. Economists of Chicago school proposed a 100-percent reserve requirement to make government monetary policy more effective and predictable – to assist governments in administering a stable monetary policy by preventing the elastic, distorting credit expansion which all fractional reserve banking systems generate from nothing.)

They suggested monetary reforms, including a call to end the fractional reserve banking and impose 100% reserves on demand deposits in memorandum that came to be known as the « Chicago plan ». The Chicago plan was a proposal to radically change the structure of the financial system.

Supporters of the plan were: F. H. Knight, L. W. Mints, Henry Schultz, H. C. Simons, G. V. Cox, Aaron Director, Paul Douglas, and A. G. Hart.

The memorandum generated much interest and discussion among lawmakers but the suggested reforms were set aside and replaced by watered down alternative measures.

When after an apparent recovery in the mid-1930s, America was again in recession in 1939 economists circulated a draft proposal titled  “A Program for Monetary Reform” calling once more for an end to fractional-reserve banking. It resurrected proposals for banking and monetary reform from the Chicago plan.

The program was sent to the most complete list of academic economists available at the time. General approval of the program was expressed by 235 economists from 157 universities and colleges; another 40 economists approved of it with some reservations; only 43 economists expressed disapproval.

A Program for Monetary Reform was coauthored by six notable economists: Paul H. Douglas, Frank D. Graham, Earl J. Hamilton, Willford I. King, Charles R. Whittlesey and  Irving Fisher (a celebrated American economist and professor of economics who is best known for his work on the quantity theory of money. Fisher was a true celebrity and one of the major influences on Milton Friedman’s monetarism. Friedman called Fisher « the greatest economist the United States has ever produced)

There is one more outstanding economist who has backed monetary reform. It is our Nobel Prize winner Milton Friedman, is known now as one of the most influential economists of the 20th century. He wrote a book in 1960 called, A Program For Monetary Stability. On page 65 he stated that he was in favor of what Henry Simons and Lloyd Mints were advocating, that is, 100% reserve. In other words, he advocated that governments, rather than private banks, issue the money supply. Dr. Friedman also praised american Monetary Reform Act  (http://www.themoneymasters.com/monetary-reform-act/) – which is similar to the proposal of Positive Money.

In more recent years there is an increasing number of economists who are advocating a sound and stable monetary system based on 100% reserves: Laurence Kotlikoff, Josef Huber, James Robertson, James Tobin ( who received the Nobel Prize for Economics in 1981, has proposed a “deposit currency” system which incorporates many aspects of the Chicago Plan for a 100-percent reserve requirement.), John Kay, Jesus Huerta de Soto etc.

——————————–

Jesus Huerta de Soto is today’s leading Austrian school economist, who in his book “Money, Bank Credit and Economic Cycles” published a proposal of a reform of banking system. He suggests a transition from the most controlled systems (those with central planning in the banking and financial sector) to the least controlled ones (those in which the central bank has been abolished and complete freedom prevails) which consists of 5 stages.

What is really interesting and what could be seen as a connecting link between “right” and “left” is the third stage of the transition, in which

“the central bank would remain independent, and a radical step would be taken in the reform: a 100-percent reserve requirement would be established for private banks. This step would necessitate certain legislative modifications to the commercial and penal codes. These changes would allow us to eradicate most of the current administrative legislation issued by central bankers to control deposit and credit institutions. The sole, remaining function of the central bank would be to guarantee that the monetary supply grows at a rate equal to or slightly lower than the increase in productivity in the economic system.”

This stage is actually very similar to Positive Money’s proposal of reform.

——————————-

Finally, we want to conclude our list with such very important persons of financial world as:

Mervyn King, the governor of the Bank of England, who said in 2010…
« Another avenue of reform is some form of functional separation. The Volcker Rule is one example. Another, more fundamental, example would be to divorce the payment system from risky lending activity – that is to prevent fractional reserve banking

and

Herman Daly, former Senior Economist at the World Bank, who strongly endorses full reserve banking:

“I think we can really do a whole lot for our economy if we would just move away from fractional reserve banking and go back in the direction of 100% reserve requirement.”

—————————-

Reform of the monetary and banking system is not about being on left or right side. It is about fixing what is fundamentally wrong.

Our proposal is not about giving government more or less power. It is rather about taking this “magic box of money creation” from the hands of both – private banks and governments – and putting it on a transparent place in the centre of the society, so that everybody knows where it is and how exactly it is being used and nobody can abuse it


lettre ouverte adressée par Maurice Allais à Monsieur Jacques MYARD

16 octobre 2010

Le texte des pages suivantes (42 pages) est la reproduction, avec l’autorisation de l’auteur, d’une lettre ouverte adressée par Maurice Allais à Monsieur Jacques MYARD, Député des Yvelines

Maurice Allais et les Editions Clément Juglar l’ont développée sous forme d’un livre publié en décembre 2005
62 avenue de Suffren, 75015 Paris – Tél 01 45 67 58 06

clementjuglar@auxam.fr

181 pages – Prix: 19 €uros + port

==============================================================

L’EUROPE EN CRISE

QUE FAIRE ?

Réponses à quelques questions

POUR UNE AUTRE EUROPE

SOMMAIRE

PRESENTATION ……………………………… 3

I.- La création de l’Euro est-elle justifiée ? ……. 4

II.- L’Organisation politique de l’Europe ..  …. 5

III.- Les effets destructeurs de la Mondialisation 10

IV.- La nécessaire Préférence Communautaire … 15

V.- De profondes réformes …………  …………….. 21

Epilogue ……………………  …………………….. 28

ANNEXES

I.- Evolution comparée du Produit Intérieur
Brut Réel par Habitant, France • Etats-Unis
1950 – 2004 …………  …………………… ………..
29

II.- Protection tarifaire ou protection
contingentaire
………….  ………………………… 34

III.- Une législation obscurantiste …..  ……. 39

REFERENCES ……………………..  …………….. 41

================================================

PRESENTATION

Au nom des députés gaullistes, membres de l’UMP, qui ont voté non au Référendum du 29 mai 2005 sur le Traité Constitutionnel Européen, et regroupés dans le Cercle « Les Républicains », Monsieur JACQUES MYARD, Député des Yvelines, Président du Cercle « Nation et République » m’a demandé de répondre à quelques questions susceptibles d’éclairer les enjeux économiques et politiques européens dans leur contexte mondial lors des universités de rentrée de Dourdan les 9 et 10 septembre 2005.

LES QUESTIONS POSÉES

Les questions posées sont les suivantes :

1.- L’Euro vous paraît-il être un facteur de développement indispensable pour l’Europe ?

2.- Quelle devrait-être, selon vous, l’organisation politique du continent européen ?

3.- L’Europe a favorisé l’émergence d’une mondialisation sans barrière. N’a-t-elle pas aussi concouru à l’accroissement de ses difficultés économiques ?

4.- La Mondialisation est très certainement inéluctable en termes techniques, mais quelles devraient être, selon vous, les mesures à mettre en œuvre à fin de contrer ses effets négatifs ?

5.- Quelle politique économique devrait privilégier le gouvernement français pour relancer l’économie de la nation ?

Lire le reste de cette entrée »


Contre le mondialisme, vive le protectionnisme !

13 octobre 2010

Maurice Allais : « Contre le mondialisme, vive le protectionnisme ! »

Le 11 octobre 2010 – par François Ruffin

Tous les journaux, toutes les radios mentionnaient ce lundi matin le décès de Maurice Allais. Mais où est paru le seul entretien avec le seul Prix Nobel français d’économie ? Dans Fakir, au printemps 2008. C’est dire si, hormis une tribune sur Marianne 2, ses positions protectionnistes étaient marginalisées. Alors que l’Express, Libération, Le Monde, etc. l’auraient encensé, placé à leur Une, s’il avait défendu le libre-échange.
Nous n’encenserons pas Maurice Allais – cet homme venu de la droite, qui avait défendu l’Algérie française, hostile à l’immigration. Nous lui rendons néanmoins la parole sur son terrain, l’économie.
Un entretien relu et approuvé par ses soins.
Le journal Fakir est un journal papier, en vente chez tous les bons kiosquiers ou sur abonnement. Il ne peut réaliser des enquêtes, des reportages, que parce qu’il est acheté.

_________________________________________

Monsieur Maurice Allais, vous êtes rangé parmi les économistes libéraux. Vous vous réclamez je pense de ce courant. Votre nom est régulièrement associé – à tort ou à raison – à ceux de Friedrich Hayek ou de Milton Friedman. Et pourtant, depuis une quinzaine d’années maintenant, vous menez – je vous cite – « le combat passionné d’un homme de science contre la mondialisation »…

Maurice Allais : L’idéologie que j’appelle « libre-échangiste mondialiste » a déjà fait d’innombrables victimes dans le monde entier. Pour une raison simple, empiriquement vérifiée : la mondialisation généralisée des échanges, entre des pays caractérisés par des niveaux de salaires très différents, entraîne finalement partout, dans les pays développés comme dans les pays sous-développés, chômage, réduction de la croissance, inégalités, misères de toutes sortes. Or, cette mondialisation n’est ni inévitable, ni nécessaire, ni souhaitable.

D’où vous vient cette conviction ?

Maurice Allais : Cette certitude naît d’une simple observation, ce que je nomme « la cassure de 1974 ».
Sur la période 1974-1997, le taux de chômage au sens du BIT est passé de 2,84 % à 12,45 %, soit un accroissement de 1 à 4,4. De même, le taux de sous-emploi est passé de 3,39 % à 23,6 %, soit un accroissement de 1 à 7. Or, à partir de graphiques, d’analyses statistiques, on doit relier cette crise de l’emploi à un changement brutal intervenu en 1974.
Entre 1955 à 1974, les effectifs dans l’industrie s’étaient accrus d’environ un million, soit 50 000 par an – avec un pourcentage d’emplois industriels dans la population active qui restait constant et stable, aux alentours de 28 %. Entre 1974 et 1993, en revanche, ces effectifs ont décru d’environ 1 700 000, soit 90 000 par an – et le taux d’emplois industriels a fortement diminué, de 28 % à 17 %.

Vous parlez de l’industrie. Mais on est passés, désormais, à une « économie de services »…

Maurice Allais : Qui envisagerait comme un objectif raisonnable pour la France une destruction progressive de son industrie, même compensée par un développement massif des activités du commerce et du tourisme ? Quand on examine l’histoire des civilisations, aucune d’entre elles n’a pu exister ou survivre que dans la mesure où elle s’appuyait sur une industrie.

Mais quel lien faites-vous entre cette cassure, cette casse de l’industrie et la mondialisation ?

Maurice Allais : Certains prétendent expliquer la cassure de 1974 par le choc pétrolier, ou par les incidences des Accords de Grenelle en mai 1968, ou par le remplacement du SMIG par le SMIC. Mais en fait, une seule cause peut et doit être considérée comme le facteur majeur et déterminant des différences constatées entre avant 1974 et après 1974 : la libéralisation des échanges extérieurs par l’Organisation de Bruxelles.
Dans un tel contexte, plus les minima de salaires sont élevés, et plus les importations en provenance des pays à bas salaires sont favorisées. Or, ces pays représentent aujourd’hui des milliards d’hommes. Leur compétition dans un monde de libre-échange ne peut qu’entraîner, inexorablement, dans les pays développés, un nivellement des salaires vers le bas et une explosion du sous-emploi.
Cette opinion relève du sens commun, et elle apparaîtra aux lecteurs comme une banalité. Mais il n’y a pire aveugle que celui qui ne veut pas voir. Il n’y a pire sourd que celui qui ne veut pas entendre. Et tel semble bien, aujourd’hui, le comportement des dirigeants – politiques, économiques, médiatiques : ils ne veulent ni voir ni entendre.

Que des secteurs industriels, hier la sidérurgie, le textile, la plasturgie, aujourd’hui la métallurgie, la chimie, disparaissent à cause des pays à bas coût de main d’œuvre, soit. Mais dans le même temps, on exporte davantage aussi…

Maurice Allais : Naturellement ces importations sont compensées en valeur par des exportations. Mais globalement, des emplois sont détruits à cause de la structure très différente des importations et des exportations : dans les produits qu’on importe se trouve beaucoup de travail peu qualifié, tandis que dans les produits qu’on exporte se trouve peu de travail très qualifié. La balance commerciale est indépendante de la balance sociale.

Vous dites : « Plus les minima de salaires sont élevés, et plus les importations en provenance des pays à bas salaires sont favorisées ». Pour conserver des emplois peu qualifiés, il faudrait, alors, diminuer le coût du travail ?

Maurice Allais : On nous le répète. On nous dit par exemple que tout est très simple : si l’on veut supprimer le chômage, il suffit d’abaisser les salaires. Mais personne ne nous dit quelle devrait être l’ampleur de cette baisse, ni si elle serait effectivement réalisable sans mettre en cause la paix sociale. Que depuis tant d’années de grandes organisations internationales comme l’OCDE, l’OMC, le FMI, ou la Banque Mondiale puissent préconiser une telle solution est tout simplement atterrant.
On aperçoit alors l’impasse. La mondialisation des échanges mène soit à un chômage accru s’il y a rigidité des salaires, soit à une inégalité accrue s’il y a flexibilité des salaires.

Cette mondialisation, en même temps, elle profite à tous. Il suffit de remplir son chariot au supermarché…

Maurice Allais : C’est vrai. Les partisans du libre-échange soulignent que grâce aux délocalisations et aux importations en provenance des pays à bas salaires, jamais les prix dans les hypermarchés n’ont été aussi bas. Mais c’est oublier que les consommateurs ne sont pas seulement des acheteurs. Ils sont également des producteurs qui gagnent leur vie et qui paient des impôts.
En tant que consommateurs, ils peuvent acheter des produits meilleur marché. Mais pour ces consommateurs, la contrepartie réelle de ces importations à bas prix est finalement la perte de leur emploi ou la baisse de leurs salaires, et des impôts accrus pour couvrir le coût social du chômage et de la politique de l’emploi.
C’est également oublier que les consommateurs sont aussi des citoyens habitant dans les agglomérations urbaines, et qu’au fur et à mesure que le chômage et la pauvreté générés par la mondialisation augmentent, l’insécurité et l’instabilité des banlieues s’accroissent.
On voit alors que les effets de cette idéologie libre-échangiste, aussi funeste qu’erronée, ne se bornent pas au développement massif du sous-emploi. Ils se sont traduits également par un accroissement des inégalités, par une destruction progressive du tissu industriel français, par un déséquilibre de toute la société.
Cette invocation du « consommateur », de son bénéfice supposé, sert à masquer d’autres intérêts. Car les groupes dirigeants de l’économie sont devenus de plus en plus riches alors que les pauvres sont devenus de plus en plus pauvres.

Comment expliquer, alors, que cette « idéologie libre-échangiste erronée » domine tant ? Que rares soient les intellectuels, et encore plus rares les économistes, à la dénoncer ?

Maurice Allais : Une citation de Wells pourrait suffire : « Cette coutume qu’ont les hommes de se refuser à émettre des jugements critiques sur les points fondamentaux est un des plus grands dangers qui menacent, d’une façon générale, les facultés humaines de compréhension. »
Toute la Construction européenne et tous les traités relatifs à l’économie internationale (l’Accord Général sur les Tarifs douaniers et le Commerce, la Convention relative à l’Organisation de Coopération et de Développement Economique, etc.) ont été viciés à leur base par une proposition enseignée et admise sans discussion dans toutes les universités américaines – et à leur suite dans toutes les universités du monde entier :
« Le fonctionnement libre et spontané des marchés conduit à une allocation optimale des ressources. »
C’est là l’origine et le fondement de toute la doctrine libre-échangiste. Son application aveugle et sans réserve à l’échelle mondiale n’a fait qu’engendrer partout désordres et misères.
On pourrait conclure avec une autre citation, de Keynes cette fois : « Les idées exprimées ici sont extrêmement simples et devraient être évidentes. La difficulté n’est pas de comprendre les idées nouvelles, elle est d’échapper aux idées anciennes qui ont poussé leurs ramifications dans tous les recoins de l’esprit des personnes ayant reçu la même formation que la plupart d’entre nous. »

Mais à quelles « idées nouvelles », par exemple, vous songez ?

Maurice Allais : Au protectionnisme, qui n’est pas une idée ancienne mais neuve.

Le protectionnisme est généralement associé à l’isolationnisme, au nationalisme, à l’autarcie…

Maurice Allais : D’abord, une libéralisation totale des échanges et des mouvements de capitaux ne me paraît possible, souhaitable, que dans le cadre d’ensembles régionaux groupant des pays au développement économique et social comparable.
Ensuite, pour toute organisation régionale – et je pense bien sûr ici à l’Europe –, le choix n’est pas entre l’absence de toute protection et un protectionnisme isolant totalement l’économie de l’extérieur. Il est dans la recherche d’un système qui permette de bénéficier d’une concurrence effective et des avantages de nombreux échanges avec l’extérieur, mais qui protège également l’économie communautaire contre tous les désordres et les dysfonctionnements qui caractérisent chaque jour l’économie mondiale.

Concrètement, comment vous imaginez cela ?

Maurice Allais : Un objectif raisonnable serait que par des mesures appropriées et pour chaque produit ou groupe de produits un pourcentage minimal de la consommation communautaire soit assuré par la production communautaire. La valeur moyenne de ce pourcentage pourrait être de 80 %. C’est là, au regard de la situation actuelle, une disposition fondamentalement libérale.

On vous traitera d’utopiste, ou de fou, tellement vous allez a contrario du fonctionnement des institutions internationales !

Maurice Allais : Tôt ou tard, les faits finiront par l’emporter, mais probablement dans les plus mauvaises conditions. Plus on attendra, et plus les obstacles seront difficiles à surmonter.
Il faut, de toute nécessité, remettre en cause les politiques mises en œuvre par l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC). Et il est nécessaire de réviser les traités fondateurs de l’Union Européenne tout particulièrement quant à l’instauration d’une préférence communautaire. La politique commerciale de Bruxelles a peu à peu dérivé vers une politique mondialiste libre-échangiste, contradictoire avec l’idée même de la constitution d’une véritable Communauté Européenne. Cette hâte pour réaliser une Europe mal définie, sans institutions appropriées, sans objectifs précis, est fondamentalement malsaine. Elle ne peut que mener à des situations économiquement et politiquement intenables.
Hayek lui-même l’énonçait, au sortir de la seconde guerre mondiale : « Rien n’a sans doute tant nui à la cause libérale que l’insistance butée de certains libéraux sur certains principes massifs, comme avant tout la règle du laissez-faire. »

Vous dénoncez le « libre-échangisme », ou le « mondialisme », et votre recours au « -isme » signale une idéologie, à la fois forgée par des intellectuels et qui devient réalité grâce à une volonté politique. En général, on parle plutôt de « mondialisation », et ça apparaît alors comme une fatalité. Comme la loi de la gravité, ou comme la pluie, on ne peut pas lutter contre « la mondialisation »…

Maurice Allais : L’histoire n’est pas écrite, et je ne vois dans ce processus aucune fatalité. C’est en fait de l’évolution des opinions publiques, c’est du poids relatif des forces politiques, que dépendent les changements de politique réalistes qui nous sauveront du désastre et détermineront notre avenir.
Et si j’insiste sur le « -isme », c’est que je dresse un parallèle. Les perversions du socialisme ont entraîné l’effondrement des sociétés de l’Est. Mais les perversions laissez-fairistes mènent à l’effondrement des sociétés occidentales.
En réalité, l’économie mondialiste qu’on nous présente comme une panacée ne connaît qu’un seul critère, « l’argent ». Elle n’a qu’un seul culte, « l’argent ». Dépourvue de toute considération éthique, elle ne peut que se détruire elle-même.
______________________________

La fabrication de cet entretien
Maurice Allais ne donne pas d’entretien aux journalistes. Pour ne pas perdre de temps avec des Monsieur Jourdain qui font du « mondialisme » sans le savoir. Donc, quand j’ai envoyé un courriel à son secrétariat, quand je l’ai appelé chez lui, il a refusé. Ou alors, il fallait procéder autrement. Indirectement :
Primo, que je lise ses livres (j’avais commencé). Secundo, que je rédige mes questions, mais aussi ses réponses : en recopiant des passages de ses ouvrages. Tertio, que je lui adresse le texte et qu’il valide ou non. Ca réclamait plus de boulot que de tenir un micro…
Je me suis attelé à la tâche et des semaines plus tard il a validé. Il en était même très content, je crois. Je craignais qu’il chipote sur la moindre virgule, que le texte fasse cent allers-retours, qu’il se montre scientifiquement sourcilleux. Mais non. Au contraire. Du premier coup. Maurice Allais m’a appelé, ravi, enchanté, jamais on a respecté ainsi ses idées, etc. Il va envoyer le fichier à tous ses amis. Il m’a donné son quitus pour une publication. Mais où ? C’est ainsi que le seul entretien avec le seul prix Nobel d’économie français a terminé dans Fakir : voilà qui en dit long sur la censure dans le débat économique. Le libre-échange est élevé au rang de dogme, intouchable. Un symbole de la fermeture idéologique de médias qui, bien sûr, ne font pas d’idéologie…
Les propos cités dans l’entretien sont donc, pour l’essentiel, extraits de deux livres :
La Mondialisation, la destruction des emplois et de la croissance (éd. Clément Juglar, 2007).
L’Europe en crise. Que faire ? (éd. Clément Juglar, 2005).

(article publié dans Fakir N°40, mars 2009)