C.Gomez – chômage et coûts salariaux

Cet article en pdf                                                                                                                                               

Christian GOMEZ (11/11/2012)

CHÔMAGE ET COÛTS SALARIAUX: UN PROBLÈME NOUVEAU?

Comment Maurice Allais fut parmi les premiers (avec Jacques Rueff) à le déceler  et à chercher à l’estimer dans la période post-1968

Apparemment, la classe politique française et nombre d’économistes découvrent que des coûts du travail trop élevés peuvent être à la racine des problèmes dans lesquels s’enlise l’économie française depuis des années, sans doute depuis les années 70, et qui n’ont fait qu’empirer dans l’aveuglement général des acteurs économiques et politiques  de gauche (partis, syndicats) comme de droite, un aveuglement renforcé hélas par le silence gêné de la plupart  des économistes soumis au conformisme du moment et aux idéologies ambiantes. Pourtant dès la fin des années 70, deux économistes, parmi les plus grands, s’étaient levés pour alerter les français du péril que leur comportement collectif engendrait: jacques Rueff[1] et Maurice Allais[2], sans que leurs appels ne rencontrassent aucun écho. Une situation que devait continuer à connaitre par la suite  Maurice Allais qui, à partir de la fin des années 90, ne  cessa de sonner le tocsin, conscient que la mondialisation menée à marche forcée par des « élites » inconscientes et, surtout, ignorantes, allait complètement ruiner un pays déjà complètement sclérosé et paralysé par des rigidités de toutes sortes, dont la rigidité salariale en particulier.

 Dans cette brève note, il s’agira de se concentrer sur Maurice Allais, qui a présenté  les modèles du taux de chômage les plus élaborés en 1981 et 1999, pour bien mettre en évidence  l’importance qu’il accordait aux coûts du travail dans l’explication du fléau du sous-emploi. Nous mentionnerons bien sûr son intérêt croissant pour le chômage « mondialiste » (résultant de la mondialisation) à partir des années 90 en restant succinct sur les critiques que nous inspire son traitement du sujet[3].

LE MODÈLE DE 1981: UN CRI D’ALARME QUE LES SOCIALISTES NE POUVAIENT PAS ENTENDRE ET LEURS ÉCONOMISTES COMPRENDRE.

Voyant le dérapage du chômage dans les années 70, l’approche d’Allais fut d’en rechercher les causes en partant d’un modèle extrêmement classique (au sens de « traditionnel ») distinguant trois formes de chômage:

–      Le chômage technologique, considéré comme un mouvement continu et régulier induisant des flux d’entrées-sorties sur le marché du travail et donc un taux de chômage frictionnel relativement stable (a priori de l’ordre de 2% par an au vu des taux de chômage observés sur longue période)

–      Le taux de chômage conjoncturel, lié à la conjoncture et donc suivant en cela les fluctuations de la demande globale (approximées dans le modèle par les écarts à la tendance du PNB réel)

–      LE CHÔMAGE STRUCTUREL OU CHRONIQUE, dû à une évolution des salaires réels déconnectée de la celle de la productivité globale des facteurs, et non de la seule productivité du travail car il convient dans ce cas de prendre bien en compte la croissance du surplus distribuable liée à une plus grande efficience de l’ensemble de l’économie.

Cet indicateur de déséquilibre salarial montre bien le dérapage provoqué par la crise de 1968 et la gabegie qui a suivi, essentiellement sous la houlette de Giscard d’Estaing et de son premier ministre d’alors, Jacques Chirac, une gabegie que Raymond barre fut dans l’impossibilité de maitriser compte tenu de la force des syndicats et de la perspective d’une arrivée de la gauche au pouvoir. On comprend dès lors pourquoi la réalisation de cette éventualité en 1981 et la  mise en œuvre des promesses de la gauche conduisirent le pays au chaos jusqu’au tournant de la « rigueur » en 1983.

Et, comme le montre le graphique , la  conjonction de la composante conjoncturelle ( les fluctuations économiques) et du facteur structurel ( les excès de croissance salariale) dans le cadre du modèle général proposé par l’auteur permettait une représentation presque parfaite du phénomène sur une période de 26 ans (1952-1978), avec deux variables explicatives et trois paramètres arbitraires à estimer, dont la constante (représentative du chômage frictionnel/technologique) qui ne pouvait être très éloignée de 2%, ce qu’elle fut (2.2%).

Selon le schéma d’analyse proposé par Allais, il était donc possible de décomposer le taux de chômage observé en 1978 (tab), c’est-à-dire quasiment à la veille de l’arrivée de la Gauche au Pouvoir.

On comprend mieux l’échec de cette dernière en 1981 dû à un contresens quasi-total sur la nature du chômage à cette époque.

Une relance par les salaires pour activer la consommation et combattre ainsi le chômage ne pouvait que conduire  à plus de chômage, plus d’inflation, plus de déficit extérieur. Ce qui advint.

II-LE MODÈLE DE 1999 : L’INTRODUCTION DU « CHÔMAGE MONDIALISTE » RÉSULTANT DE LA LIBÉRALISATION DES ÉCHANGES INTERNATIONAUX, UN APPEL SANS ÉCHO FACE À LA PRÉGNANCE DE LA VULGATE « LAISSER-FAIRISTE »

Par rapport à celui de 1981, le modèle  présenté dans l’ouvrage de 1999 continuait à traiter identiquement le chômage technologique (supposé constant) et le chômage conjoncturel  (écarts par rapport à la tendance du PIB à prix constants), mais allait s’en différencier par deux aspects importants :

1) La prise en compte d’un indicateur des conditions salariales  différent : il s’agit du rapport du SMIG/ SMIC au salaire horaire moyen ouvrier au lieu du rapport (plus attractif intellectuellement) du coût salarial global (en valeur réelle) à la productivité globale des facteurs[4]. Comme l’écrit Allais : « Faute de mieux, et au moins en première approximation, on peut prendre comme indicateur global des facteurs sociaux générant du chômage (charges salariales globales, minima de salaires, rigidités du marché du travail et chômage volontaire), le rapport r du SMIG (Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti institué le 11 février 1950), remplacé le 2 janvier 1970 par le SMIC (Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance) au salaire horaire moyen. En fait, tous les avantages sociaux sont en relation avec ce rapport. » (Allais, 1999, p.163).

2)  L’introduction d’un indicateur composite de l’effet d’éviction du facteur travail en France par les importations extracommunautaires, par la prise en compte de l’équivalent en heures de travail français des importations extracommunautaires de produits manufacturés (valeur des importations en produits manufacturés divisée par le salaire ouvrier moyen) mis en base 1 en 1974. En effet, l’explosion du sous-emploi en France à partir des années 80 ne pouvait s’expliquer, selon Allais, par le seul facteur « coût du travail » et il était convaincu qu’un autre facteur était intervenu en conjonction avec ce dernier qui ne pouvait être que « l’effet du libre-échange mondialiste aggravé par les effets pervers du système des taux de change flottants et de la libéralisation mondiale des mouvements de capitaux… » (Allais, 1999, p.166). Pour lui, l’indicateur utilisé synthétisait tous ces effets, au moins en première approximation, car « une analyse approfondie devrait en dissocier leurs influences respectives » (Allais, 1999, p.166).  Comme le montre le graphique ci-joint, on constate une très nette accélération à partir des années 70 et la conclusion d’Allais était que c’était un facteur primordial de la RUPTURE DE LA CROISSANCE CONSTATÉE EN 1974 et donc de l’accélération du chômage à partir de cette date, en sus des effets liés aux coûts salariaux.

Ainsi, avec un modèle combinant les différents types de chômage, tels qu’estimés par l’auteur : Technologique, conjoncturel, chronique, mondialiste, certains d’entre eux (chronique et mondialiste)  intervenant à partir de seuils directement estimés empiriquement par un processus d’optimisation[5], Allais cherchait à expliquer le sous-emploi des ressources de main d’œuvre mesuré par deux concepts :

–         Le taux de chômage au sens du BIT

–         Le taux de  sous-emploi total, beaucoup plus important, car incluant, outre le taux de chômage officiel, l’ensemble des personnes traités socialement (dans l’emploi marchand aidé : les personnes dont les charges sont tout ou partie exonérées de cotisations, les contrats aidés de toutes sortes…… ; dans l’emploi non marchand : les travaux d’utilité collective, les contrats emploi-solidarité, les stages d’insertion, les cessations anticipées d’activité, les dispensés de recherche d’un emploi….) , soit pour l’année 1997, un ensemble avoisinant 25% de la population active !

Pour le sous emploi total, Allais aboutissait à une estimation des différentes composantes du chômage du type suivant :

Pour le taux de chômage au sens du BIT, les ajustements étaient comparables mais les estimations des poids des différentes composantes diffèrent dans la mesure où chômage chronique et chômage mondialiste ont un poids à peu près équivalent. La raison réside probablement dans la sous-estimation du développement du sous-emploi total au cours de cette période en raison de la mise en œuvre de toutes ces politiques très dispendieuses de traitement social

du chômage.

Moyenne des années 1995-1997 (p.467)Politique sociale41%Mondialiste48%Conjoncturel1%technologique10%Total100%

Conclusion

Ce que montrent les études d’Allais, comme par ailleurs les mises en garde de Rueff, c’est que le problème des coûts salariaux aurait dû être mis sur la place publique depuis bien longtemps. Songer que l’on puisse manipuler une variable aussi importante que le coût du travail pour des raisons politiques et/ou idéologiques est une ineptie qui, malheureusement fait partie du folklore français, et plus généralement des conceptions socialisantes inspirées du marxisme. Le coût du travail est une variable économique qui doit se fixer pour les différentes qualifications sur des marchés où s’ajustent l’offre et la demande. Que le salaire et le revenu des salariés soit par ailleurs une variable « sociale » ayant une composante « éthique » est un autre problème qui relève  de la redistribution des revenus. Si certains salaires ou certains revenus familiaux sont jugés éthiquement insupportables, il est toujours possible de compenser le manque à gagner par des allocations ad hoc financées par des ponctions sur les autres revenus (impôts) et non en manipulant le prix du travail. Cela a toujours été la position des grands « libéraux » comme Friedman et Allais. Là-dessus, se greffe le problème de l’impact des échanges internationaux, de marchandises et de capitaux, sur les conditions salariales lorsque les échanges se font avec des pays à bas coûts salariaux et à capacités technologiques, mais sa solution relève d’une approche complètement différente.

Il est clair qu’avec des travaux comme ceux de Maurice Allais, nous sommes invités à nous interroger  sur l’importance de ce facteur et il est considérable :

–                  Avec le premier modèle, à mon avis le plus incontestable, le taux de chômage chronique lié à des coûts salariaux « trop » élevés représentait à la fin des années 70 environ 40% du taux de chômage global. Partant d’une situation de plein emploi, voire de suremploi, l’impact de la « gabegie » salariale de ces années là, mesuré par le rapport coût salarial/productivité globale des facteurs, apparait avec la clarté d’une épure ;

–                  Avec le second modèle,  très contestable, la réduction, voire son maintien avec les données BIT,  du poids du chômage chronique au profit du « chômage » mondialiste devrait à mon avis être révisée dans le sens de la hausse.  En effet, il y a dans cette approche des erreurs de principes à corriger et une bonne part de l’indicateur du « chômage mondialiste » capte en fait tout autre chose qui relève plus du chômage chronique (non flexibilité des salaires face à un afflux de main d’œuvre) qu’à un phénomène de mondialisation dont l’impact n’a pu véritablement se faire sentir qu’à partir du milieu des années 90[6].

Ainsi avec la crise mondiale de 2007 et la crise de l’euro, les lois d’airain de l’économie classique reviennent en force et, en premier lieu, ce qu’il est convenu d’appeler la « Loi de Rueff ».  Au-delà des moulinets de politiciens apeurés par l’importance du problème, qui appellent par des incantations quasi-magiques à « la croissance », à « l’investissement » ou à « l’innovation » pour combattre le chômage, il y a ce fait incontournable : le chômage sera d’abord combattu en redonnant au marché toute la liberté pour s’ajuster, en cessant de jouer avec les salaires et les coûts salariaux comme avec des hochets idéologiques (« un petit coup de pouce » par ci, « un petit coup de pouce » par là). Ce facteur, associé à tout ce délire de protection de l’emploi « en place » a mené l’économie française au bord du gouffre et a conduit des générations de jeunes français (et européens car beaucoup d’autres pays souffrent ou ont souffert des mêmes maux) au désespoir en les privant d’avenir. Il est temps de faire la grande lessive qui a déjà débuté dans de nombreux pays. Elle sera douloureuse mais salutaire.


[1] Jacques Rueff: « la fin de l’ère keynésienne », Le Monde, 19 et 20/21 Février 1976

[2] Maurice Allais : Le chômage et les charges salariales globales, Le Monde, 14-15 juin 1981, et ses différents ouvrages notamment: Combats pour l’Europe (1994 et 2002) et La Mondialisation, La Destruction de l’emploi et de la croissance(1999) aux Éditions Clément Juglar].

[3] Nous y reviendrons dans une note ultérieure car cette critique nécessite  des développements  qui seraient trop longs ici.

[4] En tout état de cause, l’établissement d’une série de  la productivité globale des facteurs nécessitait de disposer d’une équipe suffisamment compétente pour la calculer, ce qui était hors de portée de Maurice Allais en 2000 qui, rappelons-le, approchait les 90 ans et ne disposait plus que d’une aide matérielle limitée à l’Ecole de Mines.

[5] Dans le modèle, les composantes chronique et mondialiste, X et Y, sont estimées par des indicateurs x et y qui ne sont pris en compte qu’à partir de seuils x0 et y0 qui sont déterminés de telle manière que la corrélation soit maximum. Ainsi les variables (x-x0) et (y-y0) prennent une valeur nulle pour x<x0 et y<y0 et ne commencent à s’incrémenter qu’à partir des seuils x0 et y0.

[6]Comme déjà indiqué, nous reviendrons plus tard sur ce modèle et les problèmes qu’il pose.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :